Lettre ouverte à Marie Sigaud

Par défaut

Chère Marie,

Tout d’abord permets-moi de te vouvoyer. J’ai le tutoiement facile sur internet mais j’aimerais que nous gardions une certaine distance car votre article sur Castaluna ne me donne guère envie d’établir la moindre proximité entre vous et moi. Votre article m’a tout simplement mis en colère. Je ne vais pas reprendre vos mots mais simplement les mettre à disposition des internautes. Je ne voudrais pas dénaturer vos propos, les sortir de leur contexte :

J’avoue savoir assez peu de choses sur vous. Votre bio twitter indique que vous êtes journaliste et que vous avez notamment écrit pour le Figaro.fr. Aujourd’hui, c’est un article pour Le Plus du Nouvel Obs qui vous fait remarquer. Journaliste ? Je ne sais pas si vous avez votre carte de presse, je ne sais pas si vous avez étudié le journalisme. Certes on peut devenir journaliste en étant autodidacte, on peut exercer un autre métier en parallèle et ne pas avoir la carte de presse tout en s’adonnant à l’exercice journalistique. Cela n’empêche pas de respecter quelques règles de bases.

Tout d’abord, en publiant sur le Nouvel Obs, vous ne vous adressez pas à votre cercle d’amis ou votre entourage. Vous rendez votre parole publique, accessible à n’importe qui. Partant de là, inutile de préciser que vos écrits engagent votre responsabilité et celle de la rédaction qui les valide. J’ai lu votre droit de réponse après la suppression de votre article suite aux réactions des internautes. Apparemment le titre n’est pas de votre fait, admettons. Mais à aucun moment vous ne tentez d’expliquer ce que vous vouliez écrire. J’en déduis que vous maintenez vos propos même si vous tenez à vous excuser pour les personnes qui se seraient senties offensées. Puisque vous ne voulez pas entrer dans le débat que vous souhaitiez soumettre, je me permets de l’engager.

Au delà de votre point de vue absolument abject – il s’agit là de mon opinion personnelle – sur les « grosses », j’ai été très étonné de la pauvreté de votre texte. Rien sur la taille moyenne ou le poids moyen des femmes en France. Aucune donnée sur l’anorexie que vous évoquez pourtant. Rien sur l’image des femmes dans les magazines et la mode. Votre seul message est de dire « JE » n’aime pas ou « JE » déteste. Belle leçon de journalisme. Quel intérêt aviez-vous à partager votre opinion, vous qui n’êtes qu’une vulgaire inconnue aux yeux de la plupart des lecteurs ? Aucun exemple, aucun fait concret ne vient étayer les arguments exposés, illustrer vos propos. Il me semble pourtant que c’est une donnée essentielle quand on écrit un article. Il faut savoir distinguer les faits des opinions pour permettre au lecteur de se faire son idée. Je ne vais pas vous faire la leçon, vous êtes journaliste.

La taille de votre article, à vue d’oeil un feuillet, laisse à penser que vous n’avez pris que quelques minutes pour l’écrire. En plein débat sur la rétributions des rédacteurs des pureplayers et des sites d’infos, j’espère que ce travail – si l’on peut appeler ça un travail – n’est pas rémunéré. Si vous écrivez pour la seul visibilité et pour votre réputation, je crois que ce buzz risque plutôt de vous pénaliser. L’avenir vous le dira.

Farouchement opposé à tout ce que contient votre article, j’aurais pu prendre votre défense au nom de la liberté d’expression. Je l’aurais fait si votre article avait été publié sur un blog personnel. Je me serai peut-être permis un commentaire pour vous contredire et alimenter le débat. Internet est un formidable outil de liberté d’expression et on peut ouvrir un blog en 5 minutes, même sans connaissances techniques. C’est d’ailleurs ce que je fais avec mon blog. Pensez-y la prochaine fois. À qui je m’adresse ? Sur quel support ?

Revenons un peu sur le fond, car après tout c’est surtout ce qui m’a choqué en lisant votre article. L’un de vos argument est d’expliquer que les grosses ne savent pas s’alimenter. Rien de plus. Aucune explication sur la relation entre la société et l’alimentation. Pour l’anorexie, rien sur l’impact de l’image de la femme dans les médias, la mode et la publicité. Pas une seule référence au fait que les troubles alimentaires sont associés à de réelles pathologies. Rien. Vous ne donnez aucune explication, ne faites aucun lien entre le facteur social et l’alimentation. Soit vous l’ignorez, soit vous êtes de mauvaise foi. Dans les deux cas, il est alors inexcusable d’écrire ce que vous avez écrit. De surcroît, vous reprochez indirectement à ces femmes « grosses » de prendre du plaisir à s’exhiber, se montrer, assumer leurs formes, bien vivre telles qu’elles sont, se sentir bien dans leurs peaux. Peut-être n’aimez-vous pas cette publicité qui ne ment pas ? Castaluna propose des tailles à partir du 42 et la mannequin fait du 44.

Autrefois, l’embonpoint était un signe de bien-être et de richesse, la preuve qu’une personne avait les moyens de se nourrir à profusion. Avec l’évolution de la société, c’est désormais la maîtrise du corps qui est érigée en symbole du bien-être. Ce sont les classes les plus pauvres, les moins éduquées qui se trouvent confrontées au problème de la malbouffe. Dans un tel débat, on ne peut passer à côté de la restauration scolaire et collective, on ne peut passer à côté du matraquage publicitaire qui promeut des produits malsains même pour les plus jeunes. L’obésité est en constante augmentation. Je vous apprend peut être quelque chose ou alors vous avez eu la paresse d’en faire état mais ce sujet méritait un réel approfondissement.

Enfin, vous référant sans doute aux canons de beauté d’un grand penseur comme Karl Lagerfeld, vous affirmez qu’aucun homme ne s’afficherait avec une « grosse ». Si je vous croyais, j’en viendrais presque à déduire que toutes les femmes en sur-poids sont donc célibataires. Il existe des hommes qui aiment les femmes rondes mais vous semblez l’ignorer, auquel cas vous auriez pris soin de peser le pour et le contre pour démontrer que votre postulat se vérifie ou non… par simple honnêteté intellectuelle. Au lieu de ça, vous préférez généraliser, encore une fois.

Puisque vous prétendez si bien connaître les hommes, l’homme que je suis va vous dire comment il a réagi la première fois qu’il a vu cette publicité : j’ai trouvé cette femme jolie, j’ai aimé son dynamisme, la joie de vivre qui transparaît à l’écran. J’ai aimé voir une personne telle que je peux en voir partout lorsque je sors, une personne qui ressemble physiquement à des personnes que je connais. J’ai aimé voir l’image d’une diversité qui correspond à la réalité du monde extérieur… où l’on peut croiser des gens de grande ou petite taille, des personnes minces ou enrobées, ou encore des personnes qui ont une couleur de peau différente de la mienne. Ce ne sont pas ces caractéristiques qui font la valeur de ces individus, mais je suis persuadé que cette diversité fait la richesse d’une société.

Ce qui me choque d’autant plus, c’est que votre postulat va complètement dans le sens des préjugés et clichés qui sont à l’origine des discriminations. Au final, cette prévalence du caractère physique de la femme ne fera que conforter les lecteurs machos et sexistes. C’est leur donner raison tout en mettant une bonne claque au féminisme. Le diktat de l’apparence est peut être une cause que vous défendez… on ne le saura pas puisque vous n’ouvrez pas le débat.

J’aurais pu adresser une lettre ouverte presque similaire à d’autres rédactrices. Je pense notamment à celles qui ont écrit les articles sur les « rondes » taille 36 et plus récemment sur les blacks sur le site de Elle. Cette dernière, Nathalie Dolivo, a eu droit à une réponse d’Audrey Pulvar, c’est autre chose que mon modeste blog, j’en conviens. Je l’ai fait pour votre article car je commence à en avoir marre de ces tribunes qui nous donnent à lire de vulgaires billets d’humeur qui semblent rédigés en 5 minutes, sans aucune documentation, aucune information, aucun fait avéré, aucune preuve de ce qui est avancé.

Aujourd’hui, je m’interroge donc sur votre rigueur intellectuelle, votre honnêteté, votre loyauté… mais je ne les remettrais pas en cause car au fond, le problème peut tout à fait se situer dans votre étroitesse d’esprit et votre ignorance. Je n’en ai pas la preuve, je ne fais qu’émettre des hypothèses et je laisse le libre choix aux lecteurs de se faire leur propre avis.

About these ads

66 réflexions sur “Lettre ouverte à Marie Sigaud

  1. Majin

    Je n’ai jamais entendu parler de cet article infâme et merci de l’avoir ressorti. Comme quoi journaliste c’est un grand mot…

    Très bonne lettre ouverte.

    Bravo

  2. Cette lettre ouverte est à l’image de "cette grosse qui remue" : splendide !!!

    L’auteure de ce "billet d’humeur" ne peut pas être journaliste, rigoureusement impossible ! Même un correspondant local n’aurait pas osé un "truc" dans le genre.

  3. Un petit bémol, le combat des 44 et plus c’est pas d’être aimé par les hommes, hein, sinon là on reviens au sexisme. Juste si elles pouvaient ne pas être prise pour des monstres par la société en général…

    • Cilou DéZétoiles

      Le combat de l’amour est gagné depuis longtemps. Il y a les hommes dont les mains sont faites pour les "petits" gabarits et celles qui sont faites pour les gabarits plus gros.
      Moi dans mon quotidien de "grosse" ce que je voudrais c’est pas de l’amour (j’en ai plein, parents, amis, fiancé) c’est du respect. Je suis un etre humain c’est tout, juste un etre humain.

  4. Cilou DéZétoiles

    j’aime votre (ton, apres tout je n’ai pas envie de crer de distance!) article. J’aime son ton, sa rédaction son contenu.
    J’aime son humour aussi!
    J’aime la vérite qu’il contient.
    je suis de celles qui revulsent Madame Sigaud et qui ont trouvé la pub Castaluna tres "courageuse" dans ce monde qui m’impose tous les jours la dictature de la crevette. (Fashion Week, encart de magazines, boutique sectorisée avec le rayon grande taille planqué, medias divers et variés "elle est ou la petite grosse a la télé?????").
    Maintenant quand je déraille de ma rondeur (oui quelque fois je voudrais faire du 38, je l’avoue meme si la majorite du temps je m’assume plus que potelée!), j’ai Castaluna (la pub), Gossip (surtout Beth Ditto), et Marianne James pour me donner du courage.
    j’espere que nous serons de plus en plus nombreuse a revulser des gens comme Madame Sigaud, cela voudra dire que l’on existe enfin, que l’on ne se cahce plus! Et certes, meme si ça ne plait pas a tout le monde, on est là et bien là, toutes rondeurs fierement portées!
    Nous sommes des femmes a part entiere, au meme titre que les brindilles des magasines. La pub Castaluna, c’est mettre en avant la beauté de toutes les femmes, mais surtout celle des femmes normales, de la vrais vie, celles que tout le monde croise tous les jours (la boulangere, la maitresse d’ecole, l’employée de bureau, la minette du métro).

    • Armelle W

      Bonjour, consolez-vous, et dites-vous que ce n’est qu’une question culturelle, et qu’en France, la société est encore terriblement conformiste. gare à celui/celle qui ne rentre pas dans le moule! Je vis au Québec, et les rayons grandes tailles ne sont pas au fond des boutiques: il y a carrément des boutiques entières qui leur sont destinées. Pour y avoir mis les pieds avec une de mes amies "grande taille" en séjour ici à Montréal, je peux vous dire qu’elle a littéralement perdu la tête dans le choix des coloris, des modèles, des coupes etc… Mais tant que les médias français se feront complices de cette hypocrisie générale, les choses ne sont pas près de changer…

  5. Un grand merci pour cet article qui m’a touchée. Lorsque l’on s’attaque aux problèmes de poids ou alimentaires (car cela ne va pas forcément ensemble) on se doit au moins de donner les causes et quelques chiffres, comme tu l’as dit.

    Une femme "grosse" aime s’empiffrer à longueur de journée ? Que fait-elle de la génétique ou d’autres contextes ? Certaines personnes grossissent à vue d’oeil après avoir mangé un simple gâteau comme d’autres n’y peuvent rien malgré des restrictions impressionnantes. Pour ma part, pour aller dans le vécu, je faisais du 40 pour une petite taille -comprendre moins d’1m60- et j’aurais aimé lire ton post à cette époque. Malgré tous mes efforts, restrictions, rien n’y changeait. Ma mère, ma grand mère etc ont toutes été comme ça à une certaine période de leur vie. Aujourd’hui je fais du 36 et on me juge facilement d’anorexique. Pour avoir une soeur atteinte de cette pathologie, non, ça n’est pas ça du tout, documentez-vous les gens, namého. Pourtant je mange à ma faim.

    Bref, je me suis égarée. Cette pub est parfaite, il faut lutter contre ce cliché des pubs majoritaires des filles aux jambes interminables en cure dent et taille 34, qui est devenu une "normalité" dans la tête de beaucoup de personnes et implique depuis une certaine discrimination.

    Merci encore.

  6. J’ai adoré votre droit de réponse, votre plume….jubilatoire! Jai moi même répondu à cette "journaliste", suite à son article, ainsi qu’à sa tentative d’explication nauséeuse, et ses réponses à certains internautes……il fallait que ça sorte! On peut ne pas aimer les "grosses", c’est le droit de chacun, pour autant on ne doit pas les mépriser. Et cet article n’est fait que de celà. Le problème c’est qu’elle ne l’a pas compris.

  7. Claire

    Merci de faire un meilleur travail de journaliste sur ce blog qu’elle sur un article. D’autant plus que votre façon d’écrire est bien plus agréable, mais passons.
    Merci pour cette critique objectivement bien construite et structurée, si le monde du journalisme comptait plus de personnes telles que vous, il irait déjà beaucoup mieux.

  8. Sanae

    Excellent article, l’art de l’écriture n’est pas donné à tout le monde! Et à priori pas a cette pauvre marie! Quelle étroitesse d’esprit flippant! Malheureusement je doute qu’elle soit un cas isolé! En tout cas merci por votre article!

  9. Un combat des plus classiques dans nos temps de révolte, vers une révolution du bien en soi.
    Et pourtant vous (tu ?) vous attelez avec une rigueur et un rythme qui manquaient sûrement à cette jeune demoiselle.
    Je ne peux que féliciter une réponse modeste mais assurée à une tribune "officielle" à des idées défendables mais bien trop personnelle pour être affichés si haut et si fort sur un support accessible à tant.
    Mangeons à se faire plaisir, tant que la ceinture peut être fermée et que le coeur bat régulièrement, pourquoi se faire peur ?
    Merci pour cette chronique ! Espèrons que la "gueuse" réflechisse à deux fois avant de lancer ses fanfaronnades au grand jour.

  10. Justine D

    Merci. Sincèrement merci !

    Cet article m’a profondément révoltée et vexée finalement.
    Je m’attendais pourtant avec la vidéo à voir une horreur ambulante (ayant moi aussi des kilos bien en trop) et que vois-je ? Une femme magnifique au visage d’ange ! Un 44 délicieux et équilibré. Cette Marie n’a rien compris. Rien de rien.

    Merci encore : votre plume, votre soutien, soulagement.

  11. Alors là je dis merci! Une réponse digne de ce nom.
    Mais je ne pense pas cette pseudo journaliste puisse comprendre. Elle semble tellement enfermé dans sa petite vérité et son arrogance!
    Piège à trolls… mouais, ou comment se trouver une excuse pour avoir l’air moins con. C’est elle le troll, vieux gremlin! Et moi en plus je l’ai nourrie en lui répondant… On est mal, imaginez il en pousse plein d’autre sur son dos poilu…
    Je suis dépitée devant tant de bêtise humaine et de plus publié et diffusé à grande échelle.
    Une grande leçon de journalisme quoi… hum hum.

  12. Luciole

    Après tout, chacun à le droit de penser ce qu’il veut… Tout comme le fait, Que vous soyez d’accord ou pas avec sa femme, vous regarde et c’est tout à fait légitime. Cette journaliste exprime la pensée de beaucoup de gens, même si sur le fond c’est injuste. On ne peut pas blamer quelqu’un d’être plus gros que soi, et on ne peut pas leur dire que pour ça, ils n’ont pas le droit de se montrer… Tout ceci est un avis personnel, et j’aimerai qu’on le respecte, vous aimeriez qu’on respecte le votre alors vous pouvez en retour respecter l’avis de cette journaliste… Et si vous n’en êtes pas capable, et bien… ne vous faites pas du mal à lire des articles comme celui là!!!!!!!!!!!!

    • Marie Monnereau

      Je me refuse à respecter un avis irrespectueux. Si cette femme à le droit d’exprimer son avis, ses détracteurs l’on tout autant…

    • je ne lui reproche pas d’avoir un avis, je lui reproche de ne rien argumenter… de juste dire "j’aime pas" et en plus, d’utiliser une tribune comme le nouvel obs pour le faire. elle n’a pas travaillé son sujet, voilà ce que je lui reproche.

  13. Blanche

    En étant une femme "mince" je comprend le point de vue de Marie Sigaud… Y’en a marre de faire les magasins et de ne jamais trouver de taille 34, alors si on cherche du 32, autant aller s’habiller chez les gosses… Voir des supers fringues et ne voir que des tailles 40 minimum, à la fin ça gave!!!!!!!!!!! Alors faut arrêter de dire que les gros sont persécutés, on fait tout pour eux et maintenant OUI les minces n’ont qu’à aller se faire voir!!!! Dès qu’on pèse pas 80 kg, on se fait traiter d’anorexique, et ça suffit!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Tout le monde à le droit à la différence qu’on fasse 100kg ou 40kg, alors arrêtez de vous offusquer car quand on n’arrive plus à s’habiller qui est le plus laisé????? Qu’on arrive à trouver des fringues taille 46 c’est bien, mais n’oubliez pas que dans ce pays, il n’y a pas que des gros!!!!!!!!!!!!!!

    • que devrais-je dire quand je rentre dans des magasins H&M, Zara, Minelli et bien d’autres encore qui ne proposent que des vêtements pour femmes ! hein ? tout ça parce que je suis un homme je n’ai pas le droit d’avoir plus de choix ! n’oubliez pas que dans ce pays il n’y a pas que des femmes ! un peu de sérieux…

      pour revenir au sujet : je ne conteste pas le point de vue de marie sigaud même si j’y suis opposé, je lui reproche son manque de rigueur, de réflexion… bref il suffit de relire mon texte, j’y reviens point par point.

    • LN

      Les plus lésés sont bien les "gros"! Au dessus du 46, c’est compliqué de s’habiller, alors que vous avec votre 32, vous rentrerez toujours dans du 34 ou du 36. C’est quand même plus facile d’enlever du tissus sur un vêtement que d’en rajouter, non? Vous, vous ne vous sentirez jamais serrée dans un Tshirt, quelle chance!! Alors oui, je suis d’accord avec vous, Blanche, dès qu’on sort des normes, c’est la galère… Moi, c’est par ma taille que j’en sors, je fais moins d’1m60.. C’est une taille parfaitement convenable, j’en conviens, et je me sens très bien comme ça. Mais, comme pour vous, ça devient fatiguant de ne pas trouver de pantalon à ma taille (allez trouver un jean longueur 30 MAXI…), de devoir en permanence faire des ourlets à mes pantalons…. Pour autant, en comparaison avec votre ras le bol qu’il n’y en ait "que pour les "gros"", je n’ai pas l’impression qu’on aide beaucoup plus les filles très grandes! Je pense que vous avez été maladroite, et qu’il aurait été plus correct d’exprimer un ras le bol du manque de diversité et de choix pour TOUT LE MONDE : petits, grands, mince, gros, etc.

  14. LiilO

    A mon petit niveau je trouve votre article très bien fait. Comme beaucoup de personne j’ai été choqué des propos de Marie Sigaud, certes chacun à le droit à son point de vue, mais en tant que journaliste, elle ne pouvait se permettre de faire un tel article sans s’attendre à des conséquences. Il est dommage de voir qu’aujourd’hui tout et n’importe quoi peut-être publié.
    Vous avez écrit un très bon article qui montre à quel point elle n’a pas traité son sujet, comment elle a juste déversé sa haine et son dégoût. Comme je vous l’ai dit à mon petit niveau je vous félicite !

  15. Oui, il y a des gens qui aiment les gens enveloppés, hommes ou femmes, au moins comme amis, et plus si affinités.
    Moi, je n’ai rien contre les hommes qui doivent lutter pour ne pas devenir trop gros et même si je les trouve parfois trop gourmandes j’ai toujours une ou deux copines bien en chair.
    Quelle horreur si on se mettait à calibrer les humains comme des pommes sur le marché ! Heureusement qu’il y a des gros et des grosses ! Je suis la première à stigmatiser ceux qui dévorent des hamburgers et se livrent à la malbouffe mais c’est un thème à considérer à part et malbouffe ou pas, des "gros", il y en a toujours eu. Heureusement.
    Je crois qu’il faut séparer le thème de la prise de poids générale dans le monde dûe aux huiles de palme hydrogénéisée et à la surconsommation de viande et de sucre (qui malheureusement sont cachés (pour les graisses et le sucre)) dans les produits alimentaires bon marché et le thème de la silhouette qui doit être conforme à des critères dictées par la mode. Ce sont deux débats totalement différents.

  16. camille

    Faisant une taille moyenne, on ne me trouvera certainement aucune légitimité pour parler des "extrêmes" (anorexiques ou vrais obèses); mais en tant que femme (ou même simplement en tant qu’humain), je sais que peu importe ce que nous avons, cela ne nous satisfait jamais vraiment, parce que cela ne satisfait jamais vraiment le regard des autres. Trop ronde, trop maigre, trop de poitrine, pas assez…
    Les très minces s’offusquent d’être taxées de "planches à pain", "anorexiques", "malades", "superficielles", "victimes de la mode" et j’en passe… Et à l’inverse, les rondes n’en peuvent plus d’être culpabilisées, taxées de "cachalots", "boudins", "bouffeuses", "abonnées au Mac do" et autres réjouissances… Notre société (médias+++), sous des airs de valoriser les différences et d’accepter chacun tel qu’il est ("maigres" comme "gros" comme "normaux"), ne cesse de stigmatiser et valoriser alternativement les extrêmes en envoyant des signaux contradictoires: quand il s’agit de mettre les ronds en valeur, on pointe indirectement du doigt les maigres/minces; et vice versa. Ainsi, dans cette tambouille d’idées reçues et de préjugés, et en fonction de la cible choisie, notre société a stéréotypé insidieusement ces tailles. Quand l’apologie des ronds est faite (publicités, etc), les minces sont mal dans leur peau et comptent les calories alors que les rondes se font plaisir, sont drôles, pleines de vie, à l’aise avec leur corps. Quand les minces, voire maigres, sont à l’honneur, les grosses sont alors montrées comme malheureuses, emprisonnées dans un corps qui les fait souffrir, refoulant leur déprime dans la malbouffe…
    Mais si la société parle beaucoup de ces tailles XS et XL, peu de choses sont faites en pratique pour ces gens qui, à force de discours contradictoires et de stéréotypes idiots, sont marginalisés. En effet, rares sont les boutiques dans lesquelles on trouve des vêtements en dessous du S ou au-dessus du L… Et paradoxalement, si tous les magazines de mode s’accordent sur la taille 0, il existe encore moins de boutiques pour les très minces que pour les ronds.
    La frustration de la journaliste vient sans doute de là…

  17. Alors là moi je dis chapeau !!!! Vraiment j’ai prété attention au fond de votre article mais surtout à la délicatesse de rédaction et surtout surtout à votre élocution quasi parfaite !!!! Bravo bravo et si votre article pouvait etre lu de vraiment tous ce serait encore mieux moi je vous applaudis !!!!!
    Une certaine ouverture d’esprit est necessaire pour etre deja humain outre le poste donc je ne pense pas que cette personne puisse vivre au sein de notre societe si diverse !!!!

  18. Evidemment cette Marie Sigaud n’est pas journaliste (absolument tout le monde peut écrire pour ces canards.fr désormais), forcément elle est très jeune (je l’espère, sinon elle n’a aucune excuse), et absolument, les sites des journaux en ligne qui engagent leur responsabilité éditoriale en publiant ce genre d’article pour gonfler leur audience sont les premiers coupables. Faire de l’argent qui sent mauvais c’est pourtant tellement, tellement loin de l’éthique d’un journaliste …
    Quant au sujet en lui même : de la diversité nait la richesse, c’est un credo que notre société ferait bien de reprendre à son compte devant tant de souffrance.

  19. Thomas Petit A.

    Bravo, belle leçon d’esprit et de délicatesse. Votre intelligence pédagogique m’a permis d’outrepasser la colère face à ce dénis d’humanité qui semble émis par une ÉNORME connasse. Désolé, ça devait sortir…

  20. luxsword

    Finalement, j’ai l’impression qu’il s’agit d’un problème qu’on retrouve en plein d’endroits du web : des "articles" qui ne sont que des ramassis d’opinions visant à faire réagir les masses, mais plus du travail de journalisme. (et c’est aussi vrai pour le contenu que pour le style, l’orthographe, la relecture qui vérifie les coquilles, les noms propres, etc…) ça entretient la confusion auprès du grand public qui ne fait pas la différence. Quelles sont les conditions pour avoir la carte de journaliste ? Je me le demandais à une époque, maintenant, c’est une question caduque tant le terme ‘journaliste’ ne veut plus rien dire… Tiens, l’autre jour encore, j’ai lu une interview où une ex-joueuse de tennis reconvertie consultante potiche sur francetv disait qu’elle faisait du "journalisme". Je plains profondément les vrais reporters…

  21. Arthur

    Depuis quand être au bras de ce crétin de Beckham ou de Brad Pitt avec son air de teckel est il un signe d’intelligence ou de beauté???
    Vive les femmes rondes et à bas cette andouille de journaliste: pour elle il n’y a pas de mot assez fort pour la qualifier.

  22. Bonjour, tenant un blog mode je me suis permise d’y mettre un lien vers ta lettre ouverte à la dame pleine de sens qu’est Marie Sigaud (ironie) je n’avais pas encore lu de réaction masculine, et il m’as semblé important de rajouter la tienne a mon article. si tu le souhaites, tu peux le consulter ici :http://chroniques-d-une-modeuse.blogspot.com/search?updated-max=2012-02-01T09:37:00-08:00&max-results=1 )

    En tout cas, merci d’avoir apporté cette réaction constructive, car nous les filles, ne voyons pas les choses de la même manière & avons eu tendance a avoir des réaction typiquement féminines; je veux dire par là que j’aurais pu y réfléchir de la même manière que toi, sauf que me sentant concernée & offensée personnellement également par ce post j’ai réagis sur le tas, comme tu pourra le constater si tu lis mon article.
    sur ce, bise

  23. Laurette

    Merci mille fois! Votre lettre est très pertinante et c’est un réel plaisir de vous lire!
    Cependant, en ce qui me concerne, ce qui me pose le plus problème est le "pourquoi". Je m’explique : comme vous l’expliquez, les causes du sur poids sont multiples, et il est stupide et réducteur de mettre tous les gros dans le même sac. Malheureusement ce type d’attaques sont quasi quotidiennes quand on est gros, on a l’habitude. Ce qui me laisse perplexe c’est de m’entendre dire "Mais toi c’est pas pareil, t’es malade". Ah bon? Dois-je me promener dans la rue avec une pancarte "Oui je suis grosse, mais moi j’en ai le droit, je suis malade" ou dois-je me féliciter d’avoir la thyroïde malade, parceque du coup, les gens tolèrent mes kilos(merci mon bon maître!) Dois-je aussi en déduire que les gros qui le sont par seul excès de nourriture sont d’infames créatures qui ne méritent que le mépris?
    Bref, l’idée c’est : oui on est gros pour différentes raisons mais on en a marre de devoir se justifier! Ce qui à mes yeux est le plus abject dans l’article de cette journaliste, c’est le mépris et la haine, plus que le manque de réel argument.

  24. Lilou29

    Là, on dépasse les limites de l’absurdisme! Elle exagère grave cette pseudo-journaliste! Ce n’est pas parce que des femmes sont rondes qu’elles se goinfrent en squattant MacDo et Cie. La génétique, les médicaments qui font grossir, les maladies, ça existe. Elle n’a jamais vu de médecin ou quoi? Et puis cette femme qui est dans la pub est magnifique et ses formes sont harmonieuses! On voit qu’elle respire la santé et qu’elle assume ses rondeurs! Cela fait du bien ce changement, au lieu de voir des Skeletors sans sourire aux visages creux se pavaner dans presque toutes les pubs! Étant moi-même un peu ronde, dès que j’ai lu cet "article", j’ai été choquée. Comment une personne peut avoir une telle attitude puérile, une telle mentalité? Encore une aigrie conformiste au diktat de la "mode"! Le pire, c’est qu’elle nous sort des gars comme Beckham et Pitt, des machos qui utilisent les femmes en guise de trophées, voire de Barbies à cause de leur célébrité et de leur plastique! Chaque homme a ses préférences! Depuis quand elle décide? Et puis, à chaque fois que je suis dehors, personnellement, la plupart des femmes casées que je vois sont des rondes.
    Ce qu’elle fait, c’est de la discrimination physique envers les femmes et aussi envers la mannequin de la pub. Jalousie?

    Et chapeau bas pour cette lettre ouverte LoCiol. Si il y avait plus de personnes journalistes écrivant et s’exprimant comme toi, on vivrait enfin dans un monde civilisé :)))

  25. Laurent

    Réponse juste, bien réfléchie, réaliste et qui plus est dans un français et une expression impeccables!
    Il est bon de voir que la superficialité n’a pas encore envahie toutes les pensées.
    Un grand bravo et un grand merci pour les valeurs humaines!

  26. I really love your site.. Pleasant colors & theme.
    Did you build this amazing site yourself? Please reply back as I’m attempting to create my very own blog and want to know where you got this from or just what the theme is named. Thank you!

  27. Merci infiniment pour cet article, je l’ai trouvé passionnant et fort bien écrit.

    De votre avis concernant la pauvreté du billet que cette personne (dont je n’avais jamais entendu parlé, je le reconnais) a raturé sur un bloc papier. On est loin du journalisme qui se doit d’être neutre et d’informer.

    Pour ma part, je fus nous dirons taille normale, grosse, anorexique, puis de nouveau grosse aujourd’hui… ainsi est la vie et bien des choses entrent en ligne de compte, Cette dame ne sait ce que c’est que de vivre avec des jugements permanents, un manque de respect complet… d’ailleurs, dans notre société, on a oublié ce qu’était le respect, le moule et l’individualisme est bien plus présent… mais n’est il pas meilleur moyen que de diviser pour mieux régner ? Cela arrange les grandes industries de la mal bouffe et les grandes sociétés vendant les pilules et régimes pour maigrir… tout le monde y trouve son compte… sauf l’être humain.

    J’ai aimé votre façon d’expliquer les choses qui sont, de remettre dans leur contexte les réalités.

    Voilà… je suis grosse et je n’ai pas l’impression que mon compagnon, mes quatre enfants, mes nombreux amis s’occupent de cela… et je suis aimée… mais peut être n’est ce pas le cas de cette dame… il lui manque sans doute quelque chose dans sa vie. Elle me fait pitié d’être si aigrie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s