De drôles d’idées…

Par défaut

Résumé de l’épisode précédent

La Donneuse qui doit trouver des indices sur les ossements auprès d’Eva Sva s’embrouille avec le chauffeur de taxi et se retrouve à plusieurs kilomètres de la ville. Il appelle Eva Sva mais elle le reconnaît et il doit raccrocher. Il fait croire à Kouglov et Martinez que son enquête avance.

Intégralité de l’épisode présent

Le commissaire Kouglov retrouve l’inspecteur Martinez au bar PMU avant de commencer le service. Ils attendent La Donneuse qui est en retard comme souvent. Kouglov est de très mauvaise humeur.

Kouglov : qu’est-ce qu’il fout ce pédé ?

Martinez : il a dit qu’il repasserait alors yé pense qu’il viendra après.

Kouglov : ne soyez pas aussi con que vous en avez l’air Martinez… puis arrêtez de tweeter !

Kouglov : Je vous rappelle que vous êtes soumis au secret professionnel. Vous pourriez au moins avoir un compte Twitter anonyme, pendant qu’il est encore temps !

Martinez : porqué vous dites ça chef ?

Kouglov : le sénateur Masson, Martinez… le sénateur Masson.

La Donneuse arrive avec quelques minutes de retard. Il se fait passer un savon par Kouglov. Il cherche des excuses : ne pas avoir trouvé de place pour se garer ? Impossible à Neu-le-Bourg comme vous le savez. Avouer que le seul taxi de la ville a refusé de le prendre ? Mais il faudrait expliquer pourquoi… alors il explique qu’il était absorbé par des tâches ménagères et qu’il a oublié l’heure. Martinez jubile. Oui il s’emballe vite, et pour rien surtout.

Adolphe Sva promène son chien de bon matin. Comme d’habitude, il longe le Canal de La Trouille. Alors qu’il s’apprête à passer sous le Pont des Ferrailleurs, il aperçoit Pierpoljak Bauer dit « le SDF ».

Il se souvient alors que ce sous-homme traine souvent près du canal. Troubadour bègue et punk à chien, ce détritus de la société Neubourgonne est un vrai paria. Adolphe se sent très créatif et une drôle d’idée chatouille ses méninges.

Kouglov : La Donneuse, on s’en branle de vos excuses. Je veux des résultats aujourd’hui ! C’est mardi et Eva Sva va à la manucure tous les mardis. Allez-y et revenez avec des indices sinon avec toutes les casseroles que vous trainez derrière vous, je vous coffre.

Martinez : Tadaaaaa !

La Donneuse : faites moi confiance, si j’ai la confirmation de ce que j’ai entendu hier, vous n’êtes pas au bout de vos surprises…

Kouglov : et pourquoi vous ne m’avez encore rien dit ducon ? Si on vous surnomme La Donneuse, il y a bien une raison, non ?

La Donneuse : soyez patient Kougloff.

Kouglov : putain mais vous me faites tous chier à m’appeler Kougloff, c’est Kouglov avec un V, un V comme vide, vide comme le cerveau de Martinez, c’est pas dur quand même ! Allez dégagez !

Martinez : yé pense qu’il…

Kouglov : stop ! Je ne vous ai rien demandé inspecteur. Bon il se fait tard, si on allait manger…

Poublicité

La Donneuse se dirige vers Chez Jess’ le cabinet de manucure. Comme il est en avance il fait un détour par le canal, car pour une fois il fait presque beau. Pierpoljak Bauer est en train de faire la grosse commission dans un coin. « Et si je le balançais ce rasta pour atteinte aux bonnes moeurs ». Finalement La Donneuse se ravise mais les idées fusent dans sa tête…

Adolphe : dis-moi bébé, tu as vu les flics hier soir ?

Eva : non, pourquoi ?

Adolphe : ils veulent en savoir plus sur cette histoire d’os.

Eva : ah… ? Mais il était mouillé, donc il venait du canal, qu’est-ce qu’on peut y faire ?

Adolphe : je sais, eux aussi y croient. Mais bien sûr qu’il n’était pas mouillé à cause de l’eau dans le canal mais tout simplement parce que le chien bavait. Ça personne n’y a pensé héhé…

Eva : par contre, j’ai reçu un appel étrange hier, je crois que c’était La Donneuse.

Adolphe : La Donneuse ? Bon je vais m’en occuper, s’il y a un mec qui accepte d’être corrompu dans cette ville c’est bien lui. Il va nous laisser tranquille, de toute façon j’ai un plan machiavélique… (rire machiavélique de la fin de Thriller)

Eva : qu’est-ce que tu vas faire bébé ?

Adolphe : tu verras bien… allez, file tu vas être en retard Chez Jess’

Après avoir bouffé comme des porcs, Kouglov et Martinez arrivent au commissariat et découvrent une lettre posée sur le bureau. Kouglov s’en saisit et la lit à voix haute :

Kouglov : drôle de journée Martinez, attendons de voir ce que La Donneuse va nous rapporter. Envoyez-moi un panier salade pour ramasser le SDF.

Martinez : à vos ordres chef, c’est comme si c’était fait !

Kouglov : un corbeau, il ne manquait plus que ça… en tout cas ça nous fait un coupable idéal. Un peu trop même. J’aimerais bien savoir qui se cache derrière derrière ce corbeau… qu’en pensez-vous Martinez ?

Martinez : yé pense qu’il est fou !

Extrait du prochain épisode

(…) Le ferrailleur confirme qu’il achète des boulons. Musique Maestro !

Une réflexion sur “De drôles d’idées…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s