La Grande Battue

Par défaut

Résumé de l’épisode précédent

Le SDF semble hors de cause (mais faut se méfier avec ces gens là). Adolphe Sva et La Donneuse préparent une machination. Le commissaire Kouglov et l’inspecteur Martinez vont chercher à identifier le Corbeau.

Intégralité de l’épisode présent

Le SDF arrive devant le restaurant d’Abdelkader où il retrouve le jeune homme. Il lui raconte l’intégralité de son interrogatoire et explique que les flics n’ont pas cru qu’il chiait des boulons. Abdelkader rigole et ajoute qu’il n’y a que les flics pour ne pas croire à ça. En effet, le jeune auvergnat a lui-même profité des visseries pondues par le saltimbanque aux dreadlocks pour ses travaux. Pierpoljak Bauer ajoute enfin qu’il a vu La Donneuse avec un gros porc dans une voiture.

Abdelkader : ouais je sais, le gros c’est Adolphe Sva, l’assureur. Il m’a dit de ne pas toucher à La Donneuse sinon il balance que c’est moi qu’a écrit la lettre du corbeau.

Le SDF : c’est de la chansonnette ?

Abdelkader : du chantage ouais ! Ils m’ont parlé des os du canal mais moi je ne sais pas d’où ça sort ce truc. Moi j’ai jamais vu un al dans le canal…

Le SDF : un os… bon laisse tomber c’est encore des magouilles tout ça

Abdelkader : vas-y moi je vais le trouver le corbac !

Le ferrailleur a effectivement confirmé qu’il achetait les boulons au SDF. Kouglov est en train de regarder les nuages tomber sur la ville par la fenêtre de son bureau. Le téléphone sonne. Trop absorbé dans la contemplation des phénomènes météorologiques, le commissaire ordonne à Martinez de répondre et de signaler à l’interlocuteur qu’il n’est pas disponible car mobilisé sur le terrain.

Martinez : allô ?

Abdelkader : b’jour m’sieur, j’voudrais parler au commissaire Kouglov siouplé ?

Martinez : il est pas là.

Abdelkader : je suis Abdelkader, je voulais dire que c’est pas moi le corbeau et que le SDF il a rien à voir avec les os.

Martinez : d’accord, yé lui dirai.

Abdelkader : au revoir m’sieur !

Un éclair transperce le ciel Neubourgon suivi d’un coup de tonnerre fracassant. Martinez raconte à Kouglov la conversation qu’il vient d’avoir… Deuxième coup de tonnerre, la terre en tremble presque. Martinez s’arrête net.

Poublicité

Martinez : yé sais chef, yé sais !

Kouglov : oui Martinez, vous allez me dire : yé pense qu’il est fou…

Martinez : mais non chef, écoutez-moi. La lettre du corbeau est adressée au Commissaire Kougloff et non Kouglov.

Kouglov : oui j’ai remarqué, merci.

Martinez : et alors ? Il n’y a que deux personnes qui vous ont appelé Kougloff : Sva et La Donneuse. Le corbeau ne peut être que l’un d’eux !

Kouglov : qu’est-ce qui vous arrive Martinez ? Vous êtes devenu intelligent ? Je vous kiffe ! Allez en voiture, on va chopper ces deux pédés !

Martinez : on dit homosexuels chef !

Kouglov : ça va… c’est pareil, fans de la rondelle, secoueurs de boîte à caca… vous n’allez pas me faire la morale de Mediapart sur le hashtag #vraimentPD ! On va les coincer ces tafioles !

Martinez : mais vous croyez qu’ils le sont vraiment ?

Kouglov : non, Adolphe Sva est marié… par contre La p’tite Donneuse, ça m’étonnerait qu’à moitié.

La Donneuse est dans la voiture d’Adolphe Sva. Les deux hommes complotent. Leur but est simple : faire passer Abdelkader pour le coupable du meurtre présumé du Canal de La Trouille. Adolphe Sva rédige une nouvelle lettre du corbeau. Celle-ci précise que La Donneuse a tout vu. Évidemment lorsque celui-ci sera entendu par la Police, il confirmera les faits.

Kouglov : dépêchez vous Martinez, il faut qu’on les retrouve avant ce weekend !

Martinez : je fais ce que je peux chef !

Kouglov : merde, la mairie a déjà commencé à barrer les rues pour les festivités !

Martinez : mais quelle fête ?

Kouglov : ce weekend, c’est la Grande Battue !

La Grande Battue est une fête traditionnelle qui existe depuis 543 ans dans la ville de Neu-le-Bourg. Le principe est très simple puisqu’il consiste à lâcher un nain dans la ville. Ensuite les habitants sont invités à le chasser. Autrefois, cette fête s’appelait la Chasse au Passe-partout et les Neubourgons devaient jeter des pierres sur les nains jusqu’à perte de conscience de la personne de petite taille. Mais lors de la triste édition de 1998, un nain a trouvé la mort en tombant dans le Canal. Depuis, les pierres ont été remplacées par des cotons-tiges usagés. La voiture des inspecteurs se retrouve coincée par le plan vigipirate. En effet, pour cette édition de la Grande Battue, il se murmure que Mimie Mathy pourrait être là. Les consignes de sécurité ont donc été renforcées. Kouglov décide que c’est indécent de travailler aussi tard un vendredi et que l’enquête reprendra donc Lundi.

Extrait du prochain épisode

Je ne peux rien vous dire sur le prochain épisode de Plus Moche La Mort, mais vous connaitrez enfin le dénouement de l’affaire dite de la Trouille. Musique Maestro !

Une réflexion sur “La Grande Battue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s