A qui la faute ?

Par défaut

Sexion d’Assaut est un groupe de rap français originaire de Paris. Ils ont débuté leur carrière en 2002 et connaissent un vrai succès commercial depuis deux ans. Leur dernier album, « L’Ecole des points vitaux » sorti en 2010 s’est même vendu à 300.000 exemplaires.

Aujourd’hui, le groupe se retrouve au coeur de la tourmente après qu’une vieille interview ait refait surface il y a une dizaine de jours. Le buzz, comme souvent, est parti d’internet via Twitter puis Facebook avant d’arriver dans les médias traditionnels. Retour sur cette polémique…

Pour commencer, le plus simple est de vous fournir l’extrait de l’interview en question :

« On est 100% homophobes et on l’assume ». Dans l’urgence, les défenseurs du groupe ont essayé de faire croire qu’il s’agissait d’une fausse interview, d’un fake. Peine perdue, les propos ont bien été publiés dans le numéro 10 de International Hip Hop en Juin 2010. Le groupe s’était exprimé en marge du concert de NTM au Parc des Princes dont ils assuraient la première partie. Cet argument ne fonctionne pas, la source a été retrouvée…

Alors les membres du groupe s’expriment pour dire que leurs propos ont été déformés, qu’ils n’ont pas vraiment dit ça… le coup classique : c’est de la faute des journalistes. On lira même : elle (la journaliste) a la haine contre le groupe. Venant d’un magazine spécialisé dans le rap c’est tout de même étonnant, surtout quand le magazine présente l’interview sous cette forme : « Indéniablement, SEXION D’ASSAUT est LA sensation du moment avec près de 100.000 albums vendus en quelques semaines. Avec son interview polémique, International Hip-Hop vous offre la face cachée du groupe ! ». On sent poindre un petit parfum de scandale mais aussi une forme de bienveillance. Il va falloir trouver une autre défense.

Sans doute poussé par la maison de disque, le groupe publie enfin un communiqué officiel quelques jours plus tard. Je ne vais pas vous le recopier en intégralité tellement le classicisme formel et les tournures de phrases politiquement correctes sont sans intérêt. Parmi les différentes déclarations, un membre du groupe ira jusqu’à confier qu’il ne connaissait pas la définition de l’homophobie. On croirait entendre un politique, un Besson qui ignore l’existence d’une circulaire visant nommément les roms (pour prendre un exemple récent). Ok, essayons de croire en la bonne foi du rappeur qui a dit nous sommes 100% homophobes (mais je ne sais pas ce que ça veut dire). Il suffit pourtant de relire l’interview pour s’apercevoir que ce sont bien des propos homophobes, qu’on en connaisse la définition ou non ! Arrêtons-là le petit jeu des déclarations et des démentis, les propos ont été tenus… Malgré les communiqués de presse du genre : pardon, on voulait pas dire ça, l’interview a été déformée, on respecte et bla bla bla etc… (tous les moyens sont bons pour atténuer la polémique), les faits sont là.

Désolé Sexion D’Assaut, votre défense ne tient pas. L’affaire en deviendrait presque comique car en quelque jours, ce groupe qui disait on est 100% homophobes et on l’assume, ne l’assume plus du tout ! Si je me permettais de répondre dans leur état d’esprit, je dirais même : des vrais tapettes, des vrais petits pédés, même pas les couilles d’assumer ! Retournage de veste… oups, plutôt de jaquette. La polémique enfle et le buzz ne s’arrête pas… Alors que le groupe vient d’être nominé pour les Europe MTV Awards (avant l’affaire), la radio NRJ, devant la déferlante médiatique retire Sexion D’Assaut de sa programmation et des rumeurs sur des annulations de concert sont dans l’air. Moquons nous donc un peu à notre tour avec cette parodie homo du tube « Désolé » :

Le problème c’est que tout ça ne s’arrête pas qu’à une interview. Je suis tombé par hasard sur une chronique de Guy Carlier qui parlait justement de Sexion D’Assaut et de Raphaël. Oui il n’y a que l’auteur de « Y’a pas que les grands qui rêvent » pour se permettre une telle pirouette dans un billet d’humeur de 3 minutes et mettre en parallèle ces artistes (sic). C’est avec cette chronique que j’ai découvert une une chanson qui s’appelle « on t’a humilié » dont les paroles sont :

 

« Je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent, coupe leur le pénis, laisse les morts, retrouvés sur le périphérique »

 

Assez barbare quand même… Je décide donc de me pencher un peu plus sur Sexion D’Assaut, car finalement, ces paroles sont bien plus graves qu’une simple déclaration dans une interview. Quelques recherches supplémentaires et je trouve d’autres propos du même acabit… cette fois-ci dans les chansons « Cessez le feu », « Vous aussi » et « Rescapé » :

 

« Lointaine est l’époque où les homos se maquaient en scred. Maintenant, se galochent en ville avec des sappes arc-en-ciel. 
Mais vas-y bouge, vas-y bouge. 
Toutes ces pratiques ne sont pas saines, Nos corps ne seront qu’un tas de cendres, la mort ne sera qu’une passerelle »

 

« Bien trop de gays qui s’aiment et en plus se marient »

 

« Toujours anti-homos »

 

Désormais, le doute n’est plus permis. Sexion D’Assaut est bien un groupe homophobe et il n’est nul besoin de le clamer dans une interview soi-disant bidonnée, nos petits rappeurs de pacotilles le chantent ouvertement et depuis plusieurs années ! Finalement le débat n’est peut-être pas là. Ce qui m’interroge le plus… ce n’est pas la vacuité intellectuelle du groupe ni même l’étroitesse de leurs esprits. Ce qui m’interpelle vraiment, c’est que toute une industrie légitime de tels propos. Comment le producteur a-t-il pu laisser passer ça ? Comment une maison de disque peut oser commercialiser des propos qui ne sont mêmes pas conformes à la loi et donc condamnables. Ce que révèle cette affaire, est une pyramide d’incompétences !

 

Je préfère préciser qu’il n’est pas question de s’émouvoir devant la moindre provocation des rappeurs, ni même d’aller coller une étiquette « parental advisory » dès le premier gros mot. Il n’est pas question non plus d’occulter le caractère parfois ironique ou humoristique de ce genre musical. Par le passé, on a vu pas mal d’histoires et de procès de groupes de rap suite à des paroles anti-flics. On peut y voir la volonté de tenir des propos contre le pouvoir, une rébellion maladroite, le signe d’une révolte, sans doute légitime bien que l’appel à la violence ne soit pas une solution en soi. Certes c’est déraisonnable mais ça pourrait être dans la lignée des mouvements punks des années 70. C’est peut-être simplement une question d’époque, alors si la justice condamne ces propos, je suis plus indulgent concernant ces derniers que l’on peut prendre comme une simple critique de l’ordre établi et de l’autorité. La police contre les bandits, les indiens contre les cowboys, on est dans un règlement de compte somme toute assez classique même si les rappeurs dérapent sur la forme. En admettant donc que le flic soit considéré comme un ennemi, plutôt pour ce qu’il représente que pour l’homme qu’il est d’ailleurs, pourquoi alors s’en prendre aussi aux homosexuels ?

 

Au passage, j’en profite pour égratigner les hommes politiques qui sont les premiers à crier au loup lorsqu’un groupe, même inconnu, appelle à la violence contre les forces de police et qui n’ont même pas été foutus de défendre une minorité injustement attaquée. C’est pourtant bien leur rôle. Les femmes politiques, en première ligne Ségolène Royal, avaient mené une campagne médiatique contre les chansons sexistes (mais pourtant au second degré) d’Orelsan. Sa carrière est en standby depuis. Sexion D’Assaut a été rattrapé par les médias, notamment le magazine Têtu qui n’aurait jamais eu besoin de dénoncer le groupe si l’industrie de la musique et les politiques avaient fait leur boulot correctement.

Viser nommément la communauté homosexuelle est impardonnable surtout quand les attaques ont été répétées dans différentes chansons et en interview. En France, les lois anti-discriminations répriment l’homophobie, pourtant sans la citer, au même titre que la xénophobie ou le racisme. Injures ou diffamations envers des personnes en raison de leur orientation sexuelle sont punies par la loi. Mais pourquoi des rappeurs (Sexion D’Assaut ne sont pas les seuls) en viennent à tenir des propos contre les gays ? J’ai du mal à le comprendre. Sexion D’Assaut semble se référer à la religion pour justifier de tels propos. Mais au delà de ces pseudos prétextes religieux, ce qui m’étonne c’est que les rappeurs sont les premiers à se plaindre des contrôles au faciès et du racisme ambiant dans leurs textes. C’est tout à leur honneur et je défends moi-même ces formes d’injustices. Mais s’ils se font les porte-paroles de minorités ethniques ou sociales et attaquent alors d’autres minorités, le discours devient complètement incohérent. Ils reproduisent exactement ce qu’ils reprochent à la société. Mais doit-on pour autant seulement blâmer les groupes de rap ?

 

Il faut préciser qu’aucune des chansons comportant des propos homophobes ne figure sur l’album produit par Sony, l’actuelle maison de disque de Sexion D’Assaut. D’ailleurs, l’interview laissait entendre que le groupe avait compris, ou avait été alerté, que leurs attaques répétées contre les gays pourraient leur porter préjudice. On imagine que c’est surtout l’appât du gain après avoir signé un gros contrat avec une major qui les motive. Connaissant le passif du groupe, je trouve l’attitude de Sony quelque peu risquée. Si la maison de disque a pris soin d’édulcorer les paroles, cette collaboration cautionne en partie les productions précédentes.

 

J’ai suffisamment lu de Sexion D’Assaut pour comprendre que ce ne sont que des petits cons, des abrutis et surtout des personnes irresponsables. Ça n’est pas une circonstance atténuante. Néanmoins, s’ils doivent être condamnés pour homophobie, que les producteurs du disque le soit également. Il faut cesser de déresponsabiliser ceux qui ont mis du fric sur ce groupe, décider d’en tirer des bénéfices, ceux qui en ont fait la promo et qui ont assuré leur diffusion. Car ce sont eux qui ont mis en avant les propos homophobes du groupe. Si Sexion D’Assaut se contentait de faire des concerts pour leurs potes et de répéter dans des caves du 18ème arrondissement, personne n’en parlerait aujourd’hui. Ils sont tout autant victimes que coupables de ce qui leur arrive. Alors mettons toutes les personnes concernées devant leurs responsabilités. Si une condamnation doit être prononcée, elle devra également être étendue à d’autre protagonistes : producteurs, directeurs artistiques, tourneurs… Wati B (le premier label du groupe), tous ceux qui ont participé à la production de titres dans lesquels ont peut entendre des propos homophobes.

8 réflexions sur “A qui la faute ?

  1. Splash

    Ton article est intéressant, mais cependant j’aimerais aborder la question de la maison de disque. Pour la première fois de ma vie, je crois bien que j’ai envie de les défendre (je te jure, j’en reviens pas de faire ça). Les propos incriminés de la Sexion datent (hormis l’itw) de l’époque où ils sortaient des mixtapes qui circulaient à l’arrache sous le manteau. En toute franchise, ça ne me surprend pas que Sony ne les ai pas forcément écoutées avec une oreille suffisament attentive pour tout déceler (surtout que pour avoir écouté certains des titres, il faut parfois vraiment tendre l’oreille pour comprendre les phrases). Je ne cherche pas à les disculper, car dans tous les cas, ils ont mal fait leur travail et doivent se sentir bien cons. N’empêche que ça m’étonnerait VRAIMENT que Sony cautionne et ait tout entendu en se disant « c’est pas grave », je pense que c’est une grosse boîte qui sait très bien ce qu’elle risque si ça ressort. Si demain la preuve est apportée qu’ils savaient tout, je veux bien. Mais ne jetons pas l’opprobre sur un fait que nous ne maîtrisons pas.
    Enfin à la limite, l’itw on s’en fout, vu que tout figure déjà dans leurs vieux textes. Mais voilà, ce qui me tue, c’est qu’on décide de tout interdire en bloc. Sachant que certaines assos appelaient au dialogue avec le groupe pour vérifier la véracité de leurs excuses, ça aurait pu être l’occasion (si tout se passait bien) d’avoir un véritable écho dans des milieux pas tjrs favorables aux homos. Comme le dit Alexandre Marcel dans son CP, on ne naît pas homo, on le devient. Donc on peut très bien devenir plus open et changer d’avis, ce que je leur souhaite, carrière ou pas carrière.

    NB : je précise que je suis pas une immense fan de la Sexion d’Assaut à la base, mais que je trouve qu’on rate une opportunité de combattre l’homophobie sur le fond. Evidemment, mes propos sont beaucoup plus distancés parce que ce n’est pas une réalité que je vis quotidiennement. Mais étant moi-même « de couleur », j’y suis sensible et pour le coup je préfère opposer des arguments rationnels (jusqu’à ce que ça ne marche plus), plutôt que de refuser le dialogue…

  2. Merci pour ton commentaire très bien argumenté. je suis en partie d’accord avec toi. je pense que sony se retrouve un peu dépassé par les événements.
    je te rejoins pour les interdictions… moi j’estime que le groupe doit être jugé pour leurs propos mais ce n’est pas pour ça qu’ils faut les interdire de jouer des concerts et continuer à jouer de la musique. c’est ensuite au public de décider de les suivre ou pas. quand on voit qu’il y a en france un ministre condamné pour injure raciste et qui est toujours en poste c’est que quelque chose ne tourne pas rond.
    à la base je n’aime pas particulièrement sexion d’assaut, et je les aime encore moins pour leurs propos, mais j’estime que les professionnels qui bossent avec eux auraient dû être plus vigilents. et toute cette histoire ne doit pas non plus une raison pour ruiner leur carrière et les empêcher d’exister.

  3. Je tenais, après relecture de ton article et ayant lu la réponse faite par Splash,me positionner sur ton incompréhension concernant leur homophobie alors qu’ils sont tous des répresentants d’une autre minorité.

    Je suis moi meme de couleur aussi,comme Splash.Mais au de là de cela, je suis homosexuel.

    Sans rentrer dans les details,ce qui explique leur intolérance est la meme raison que celle qui explique les autres intolérances : la méconnaissance,communement appellée connerie.

    Tu ne le sais peut etre,mais la communauté homosexuelle represente dans sa diversoté idéologiques toutes les forces et tares qui font de la France ce qu’elle est.Cela signifie simplement que dans la grande population homosexuelle,j’ai rencontré des individus qui étaient :

    -homos & antisemites;
    -homos & racistes
    -homos & sexistes,voire lesbophobes.

    Donc,tu comprendras qu’etre issu d’une minorité visible nest pas un gage de tolerance,car l’ouverture d’esprit n’est pas une qualité innée et inalienable,mais plutot une construction individuelle et sociale permanente.

    On devient tolérant :
    -soit par l’experience donc on vit exactement ce que le sujet de notre compassion vit ;

    -soit par analogie,on arrive « comprendre » au de là du vecu de quelqu’un et à établir un similaire avec sa propre vie ou celle d’un proche ;

    – soit par proximité : je veux dire par là que vivre avec des gens differents permets de voir plus loin que l’enveloppe corporelle,et ce qui nous rebutait chez un individu disparait,car l’apprehension ne peut etre vaincue autrement qu’en apprivoisant l’autre,et cela n’est possible qu’en frequentant l’objet inconnu pour établir nos points communs,et rompre la superstition de monstruosité apparente.

    Je dois dire que sur ces 3 tableaux,les garçons de Sexion d’Assaut evoluent en milieu fermé,n’ont pas de point de comparaison,n’ont pas de points d’études,et n’étant eux-memes pas homosexuels,ils disposent donc d’aucun éléments pouvant leur permettre de rectifier leur préjugés.

    Les noirs ont souffert,sont discriminés,mais tout le monde n’analyse pas,et ne tire pas les memes conclusions de ces difficultés.C’est le cas ici.

    Ce qui explique pourquoi tu peux trouver un homosexuel juif qui sera homophobe,une femme noire qui sera antisemite,ou un handicapé blanc qui sera raciste.

    Les gens pour la plupart ne s’interesse qu’à se qui les definit,et le reste ils s’enfoutent,jusqu’à ce que l’interet ou le bien etre de leur personne soit lié ou en danger.

    Tu as certainement remarqué que excepté le Crif,aucun organisme ne denonce les actes antisemites.

    excepté le cran,aucun organisme ne denonce les actes racistes anti-noirs etc…

    Tout cela pour dire que meme dans la souffrance,l’etre humain fait du communautarisme.

  4. ahah comme quoi les chaudasses mènent à tout !
    merci beaucoup pour ton commentaire, je te rejoins sur tous les points. c’est vrai que mon billet focalisait uniquement sur sexion d’assaut et ta mise au point sur le principe de l’intolérance est très pertinente.
    ça me fait plaisir de voir que cet article donne lieu à des commentaires intelligents, pertinents et argumentés.
    bravo pour ton article !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s