SDF : le zéro pointé

Par défaut

Nous sommes le 18 Décembre 2006 à Charleville-Mézières. Le candidat à l’élection présidentielle Nicolas Sarkozy tient à meeting de campagne dans lequel il salue « la France qui se lève tôt ». Dans un élan de démagogie, dont lui seul à le secret, il en vient à évoquer ceux qui se lèvent non pas tôt mais dehors, les SDF. En plein hiver, l’aubaine est trop belle, il s’empresse de faire cette promesse : « Je veux, si je suis élu Président de la République, que d’ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d’y mourir de froid. Le droit à l’hébergement, c’est une obligation humaine. Si on n’est plus choqué quand quelqu’un n’a plus un toit, lorsqu’il fait froid et qu’il est obligé de dormir dehors, c’est tout l’équilibre de la société, où vous voulez que vos enfants vivent en paix, qui s’en trouvera remis en cause ! »

Six mois plus tard, Nicolas Sarkozy est élu Président de la République et peut enfin mettre oeuvre les réformes promises. Le sujet est trop grave, trop important pour n’être qu’une promesse en l’air. Nicolas Sarkozy accorde une grande importance à l’atteinte des objectifs, notamment de la part de ses ministres. Nous sommes 4 ans après ce discours. Il est donc temps de procéder à son évaluation et de faire le bilan.

Tout d’abord, vérifions s’il n’y a plus de SDF en France. S’il n’existe pas d’outils statistiques permettant de comptabiliser le nombre de SDF, la dernière enquête de l’INSEE dénombrait 86.500 personnes vivant dans la rue en 2001, on estime que le nombre de SDF en France est de 100.000 (source Fondation Abbé Pierre). Au delà des chiffres, il suffit de sortir de chez soi pour constater qu’il y a encore, 4 ans plus tard, des gens qui dorment dans la rue. Faisons preuve d’honnêteté intellectuelle avant de tirer à boulets rouges sur Nicolas Sarkozy et regardons ce qui a été entrepris pour loger les SDF. Dans ce cas on ne pourrait pas lui reprocher de n’avoir rien fait et menti mais simplement lui reprocher d’avoir été inefficace et incompétent.

La loi « Droit au Logement Oppsable » (DALO), publié dans le journal officiel du 6 mars 2007, semble inadaptée et n’a visiblement pas fait diminuer le nombre de SDF, ni même celui des mal logés qui sont de plus en plus nombreux. En Novembre 2008, alors que la mortalité des SDF est importante, Christine Boutin, Ministre du Logement, propose un hébergement « forcé » des SDF. En Janvier 2009, elle souhaite un recensement des SDF en France. Les chiffres n’ont toujours pas été publiés… A l’heure des « Grenelles » et des « grandes causes nationales », on attend toujours une politique de grande ampleur du gouvernement qui offrirait un minimum de dignité aux sans-abris. Rappelons qu’ils ne peuvent manger que grâce à la mendicité et aux associations qui distribuent des repas gratuitement dans la rue. La crise du logement touche des millions de français, les plus bas salaires, et aujourd’hui, même des travailleurs se retrouvent en situation précaire.

Même si c’est un peu morbide, intéressons-nous à la mortalité des SDF. S’il y a toujours des femmes et des hommes qui dorment dans la rue, vérifions au moins si les autorités ont fait diminuer leur mortalité. Depuis 1998, le collectif « Les Morts de la Rue » recense les décès des sans-abris. La situation n’a fait qu’empirer : 243 morts en 2007, 390 morts en 2008, 405 morts en 2009. Pour l’année 2010, le nombre de décès connus s’élève à 341… et devrait donc malheureusement se situer à un niveau similaire aux années précédentes. Pour plus d’informations sur le collectif et consulter les statistiques, allez sur le site internet www.mortsdelarue.org.

Si nous pouvons juger par nous-même que cet engagement de Nicolas Sarkozy n’a pas été tenu, c’est surtout cette promesse démagogique, scandaleuse, dégueulasse et irresponsable qu’il faut condamner. Comment accorder sa confiance cet homme ? Il ne reste que la mobilisation de chacun pour aider les SDF à survivre, c’est le triste constat que l’on peut faire. Comme l’écrivait Charles Péguy : « Le triomphe des démagogies est passager, mais les ruines sont éternelles ».

Quelques liens utiles :
Droit au Logement
Les Enfants de Don Quichotte
Les Restaurant du Coeur
Solidarité des Français
Fondation Abbé Pierre
Emmaüs
Morts de la Rue
Armée du Salut
Samu Social

4 réflexions sur “SDF : le zéro pointé

  1. Watibeex

    Et oui !! Démagogie, il n’y a que de ça qui sort de la bouche de Nicolas Sarkozy, honnêtement j’ai toujours pensé que ce mec serait un danger pour notre pays. Lorsqu’il a été élu, je me suis plié au votes populaires, à la démocratie, car je suis un démocrate avant toute chose. Et ce que je vois c’est que presque 4 ans après l’élection de Nicolas Sarkozy, toutes ses promesses pour relever la france, c’était du flan, on marche de plus en plus sur la tête dans ce pays, et cela risque de finir mal.
    Je suis très déçu de la politique, autant de gauches, que de droites.
    J’ai vraiment espoir qu’en 2012 les choses changent… Mais l’espoir fait vivre !!

    Très bon blog, et bonne continuation, j’ai du plaisir à vous lire.

    Cdlt, Watibeex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s